Qui est Johnson Ishara Butaragaza ? Aperçu sur ce jeune dynamique, l’un des lauréats emblématiques du prix Espoir COEXI 2021.

Écrit par Le 7 septembre 2021

”Pour ses actions louables et son leadership agissant qui promeuvent la bonne image de la RDC. Le présent diplôme lui est décerné en signe de gratitude et de reconnaissance.”

Ces mots sont repris sur la photo musée décernée à Johnson Ishara Butagaraza, comme trophée d’excellence , par l’organisation COEXI le 31 Août de cette année 2021.

Bien avant cette distinction dite ”Prix Espoir 2021”, Johnson Ishara Butaragaza était déjà reconnu comme faisant parti de 100 personnalités les plus influentes de la ville de Goma, en 2020, par le magazine ”Goma Fleva” et cité parmi les 50 jeunes les plus influents de la RDC par le magazine Kivuzik Magazine.
C’est indéniable qu’en province du Nord-Kivu, en particulier, l’influence de ce jeune leader qu’est Johnson Ishara n’est plus à prouver.
Johnson Ishara est initiateur de plusieurs organisations des jeunes, parmi lesquelles la ”Dynamique Génération Consciente” (DYGENEC) dont il est actuellement le coordonateur. Il était encore, jusqu’en Mars dernier, le président provincial du Parlement des Jeunes du Nord-Kivu, une structure qu’il a par sa seule force de caractère réussi à implanter dans tous les territoires du Nord-Kivu. Avant lui, personne n’avait réussi à donner une si grande importance à cette structure. D’ailleurs, il a fini son mandat par l’organisation d’une activité étalée sur quatre jours et qui aura beaucouop marqué des esprits: une formation en leadership et bonne gouvernance dont l’hôte de marque était le Premier ministre honoraire de la RDC et sénateur Augustin Matata Ponyo. Ce dernier n’a pas manqué de déclarer son adminiration quant aux capacités de leadership et manageriales de Johnson Ishara.

Dans les années 2012-2015, il avait aussi joué un rôle crucial au sein du Conseil Provincial de la Jeunesse du Nord-Kivu. Il ne cesse depuis des années à s’impliquer pour et dans la réussite des manifestations culturelles et scientifiques d’envergure dans la ville de Goma et partout dans la province du Nord-Kivu; cela en tant que chef organisateur et initiateur ou comme acteur parmi tant d’autres. Sauf que quand on est Johnson Ishara, il est très difficile d’être pris (ou d’être tout simplement) pour un acteur parmi tant d’autres…

Cet économiste de formation (universitaire) est depuis le début de cette année le directeur du Foyer Culturel de Goma.
Acteur culturel majeur du Nord-Kivu, analyste des faits politiques et sociaux de grande notoriété, encadreur des jeunes, conférencier et motivateur , entrepreneur…Johnson Ishara est un esprit brillant avéré, un leader et un manager.
C’est sous sa direction que le Foyer Culturel de Goma a été primé cette année par COEXI (Congo Excellence International) par un prix d’émergence. Sur la photo musée du prix remis au Foyer Culturel de Goma, il est écrit: ”…pour avoir fait preuve d’émergence à travers ses actions positives pour la RDC.”

Quand on lui demande comment il fait, par exemple, pour réussir à coordonner beaucoup d’activités à la fois et arriver à les faire réussir, Johnson Ishara répond toujours par ces mots du philosophe Senèque qui lui sont devenus une devise: ”Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas mais les choses sont difficiles parce que nous n’osons pas”.
Bref, pour lui, il suffit d’oser. Pour lui, encore, les moyens sont secondaires car ce qui compte premièrement ”c’est la détermination doublée de la volonté de réussir.” Sans oublier ”la discipline, le leadership et la résilience.”

Se sent-il épuisé en eparpillant tant d’efforts ? Niet! ”Jamais!”; répond-t-il.
”L’homme n’a qu’une seule vie. Et cette vie, il doit la rendre bénéfique à l’humanité. Les autres doivent sentir que nous vivons et sentir que notre vie leur est bénéfique (positivement). Pour ce faire, nous devons travailler dur et consentir parfois certains sacrifices; comme par exemple nous épargner le temps de certains loisirs et certains privilèges pour le consacrer aux autres.”

Et quand nous lui demandons la perception qu’il a de chaque jour, sa réponse est: ”Chaque jour je me réveille avec la ferme conviction d’avoir quelque chose à rendre à l’humanité. Et chaque instant de la vie, même la plus brève comme une seconde, peut nous être utile pour faire quelque chose d’utile, de marquant.”

L’empereur Vaspacien, quand il terminait tout un jour sans avoir eu l’occasion de rendre quelqu’un heureux, disait: ”Diem perdidi” (”Jour perdu”). Comme lui, Johnson Ishara n’aime pas finir un jour sans avoir posé une action marquante pour au moins une personne.

Patriote convaincu, pour ne pas dire nationaliste (Ce qui lui a d’ailleurs valu et lui vaut le surnom de ”Lumumba”), il croit fortement en son pays et en l’avenir de celui-ci. Il pense qu’il est de la responsabilité de chaque citoyen Congolais de travailler pour donner un avenir radieux à son pays. Pour lui, les Congolais devraient arrêter de penser que la reconstruction du pays était l’apanage de la classe dirigeante et de mettre fin aux mythes de l’homme providentiel qui viendra d’on ne sait où avec le génie de bâtir à lui tout seul le Congo. Chaque Congolais a la responsabilité de bâtir et a en lui le potentiel d’être, dans son domaine, dans sa parcelle de pouvoir, cet homme providentiel tant rêvé et tant attendu. Telle est la philosophie de Johnson Ishara Butagaraza; cet homme très sûr de lui, confiant en son étoile et en sa mission, proactif et dynamique qu’il est très rare de le voir reculer devant un obstacle quelconque.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Résoudre : *
27 − 14 =



En ce moment

Titre

Artiste

Background
LIVE OFFLINE
track image
Loading...