Gentil Jab Pretty : D’une enfance tumultueuse à la création d’une fondation pour enfants marginalisés.

Écrit par Le 10 septembre 2021

C’est un jeune homme éloquent et aimant se divertir, caractérisé par une extraordinaire joie de vivre et de beaucoup de rigueur quand il s’agit des choses sérieuses.
Pourtant, enfant, il était colérique tout en étant parmi les plus taciturnes.

Pourquoi cela?
”J’ai passé une enfance pleine des frustrations. Oui, j’étais frustré par ma condition. C’est ainsi que j’étais toujours calme mais prompt à la colère. Jusqu’à ce que je comprenne que cela ne me fera gagner en rien…”; nous dit-il. Lui c’est Akonkwa Bigane Gentil, mieux connu sous son autre nom de Gentil Jab Pretty.
Comment est-il arrivé à changé Jusqu’à devenir le jeune influent de la ville de Goma (en particulier) qu’il est actuellement ?

● « Le passé est mort”

Il est un proverbe bédouin qui dit: ”le passé est mort”, pour signifier qu’il faut arrêter de s’enfermer dans le passé et choisir plutôt d’avancer. Gentil Jab Pretty n’a pas eu besoin de connaître ce lointain proverbe pour comprendre qui lui fallait changer et se libérer de son lourd fardeau d’un douloureux passé pour bien avancer.
”Avec le temps , j’ai appris la courtoisie (ce n’est pas tout le monde qui était responsable de mon malheur), j’ai compris qu’il me fallait arrêter de me morfondre sur le passé mais envisager mon avenir avec sérénité, le préparer et y travailler. J’ai compris que plus je me plaignais du passé, plus je me bloquais, plus je me faisais du mal. J’ai appris à être bon avec tout le monde.”

● Le jeune mécène et philanthrope

”La vie m’a appris que vivre est une responsabilité. La vie nous confère le devoir d’aider les autres.”; aime dire Gentil Jab Pretty.
Un auteur Congolais nommé Josué Mufula a un jour écrit: ”Nul n’est si riche pour manquer quoi demander et nul n’est si pauvre pour manquer quoi donner”. Pour dire que chacun est capable d’aider quelqu’un, et tout le monde a toujours besoin d’une main pour l’aider.
Aujourd’hui, âgé de 23 ans, Gentil Jab Pretty est en bonne voie de décrocher son diplôme de licence en ”réseau informatique et télécommunications”, domaine dans lequel il se qualifie déjà d’ingénieur. Pourtant, cela n’était pas son rêve d’enfance…
”Je rêvais d’être journaliste. C’est pour ça que j’ai fait le latin-philo à l’école secondaire (Institut Mont Goma). Plus tard, mes rêves ont changé et j’ai commencé à me voir as de l’informatique…”; nous confie-t-il de passage dans les installations de Kivu Stars.
Élève, il était doué et était parmi les champions des ”Génies en herbe” de la ville de Goma. Et il a toujours été amoureux des nouvelles technologies.
Gentil Jab Pretty, c’est aussi ce jeune dont le douloureux passé aura eu le mérite de le pousser dans la philanthropie.

● Gentil Jab Foundation:

En Décembre 2017, à Goma, Gentil Jab soutenu par un groupe d’amis met en place l’asbl ”Gentil Jab Foundation”. Cette organisation se donne comme but ”promouvoir l’intérêt et les droits des enfants défavorisés”.
L’idée lui vient tout droit de son passé qu’il a décidé d’enterrer depuis longtemps :
« J’ai passé une partie de ma vie comme ”enfant de la rue”. J’ai vécu tout ce que vivent ces enfants dits ”de la rue”, j’ai eu à subir l’insuffisance de l’affection parentale. Ce sont des choses que toute âme sensible ne peut souhaiter voir les enfants vivre.” C’est Gentil Jab qui nous le dit.
C’est donc pour aider les enfants qu’il a décidé de créer sa fondation. Cependant, pour faire vivre une fondation, il faut des moyens…

” La fondation est financée par ces 13 membres qui sont tous des jeunes entrepreneurs mais aussi par des partenaires.” Gentil Jab n’est pas hésitant à nous parler de l’origine des moyens pour financer sa fondation. Entrepreneur, il l’est. Et il a d’autres jeunes qu’il emploie.

● Actions de la fondation

Le principal programme de la ”Gentil Jab Foundation” est dénommé ”SED” ( ”SOS aux Enfants Défavorisés”). La fondation scolarisait déjà 21 enfants, et l’année scolaire prochaine ce nombre passera à 25. La ”Gentil Jab Foundation” ambitionne d’ouvrir un centre d’accueil, d’écoute et de reinsertion des ”enfants de à rupture familiale”. Ce qui passera par les initier à des petits métiers qui les aideront dans la vie future (menuiserie, maçonnerie et coupe couture, élevage, utilisation de l’outil informatique…)
Les encadrés de la ”Gentil Jab Foundation” bénéficient en outre d’un encadrement en art (chant, danse, dessin, peinture…). Ils ont d’ailleurs prêsté sur la petite scène du Festival Amani, édition de 2017. Sous l’encadrement de l’artiste El-Mack, ils ont déjà produit une chanson actuellement en vogue, à Goma, titrée ”Maibobo” (chanson qui traite de la situation des enfants dits de la rue et communément appelés ”maibobo” à Goma).

● Difficultés :
Oui, Gentil Jab et sa fondation se heurtent à des difficultés. Gentil Jab, ce grand admirateur des révolutionnaires Che Guevara, Fidel Castro et Thomas Sankara, a réussi à se transformer. À l’entendre, il cultive aussi un fort amour doublé d’un profond respect et beaucoup d’admiration à sa mère. ”Sans ma maman je serai peut-etre déjà mort…”; nous dit-il sans beaucoup de commentaires.
Les difficultés qu’ils rencontrent (Gentil Jab et sa fondation) sont principalement liées au fait qu’il n’est pas facile de convaincre les enfants à quitter la rue pour un encadrement quelconque mais aussi les partenaires à accompagner la fondation. Ces derniers en ont vu plus d’un jeune venir avec l’idée d’encadrer les enfants alors qu’il ne cherchait qu’à soutirer de l’argent aux gens… Cependant avec du sérieux, de l’honnêteté et de la détermination, on y arrive. Aussi, la Fondation souffre d’une carence psychologues bénévoles (rappelons que tous les membres de la fondation travaillent comme bénévoles).

Cela n’empêche pas pour autant la fondation de rencontrer des bons résultats sur son chemin: voir cette harmonie qui finit par régner entre ces enfants qui finissent par vivre comme frères; ces enfants qui finissent comprendre combien ils très utiles à la société, qui finissent par découvrir leurs potentiels et les exploiter…

Quant à Gentil Jab, hormis ses futures activités en informatique, il compte ouvrir une agence de transport et se lancer dans la production professionnelle des artistes musiciens. Les bénéfices réalisées par ces entreprises contribueront à faire vivre la ”Gentil Jab Foundation”.
Nous ne pouvons que lui souhaiter la réussite et la concrétisation de tous ses rêves.
Déjà, il peut se targuer d’avoir une audience à l’international (des grands médias internationaux parlant assez régulièrement de ses activités). Par ailleurs, il y’a deux ans, il a été lauréat d’un prix ”Espoir” lui décerné par COEXI (Congo Excellence International).


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Résoudre : *
28 × 9 =



En ce moment

Titre

Artiste

Background
LIVE OFFLINE
track image
Loading...